Edition 2017 : du 8 avril au 7 octobre, tous les soirs jusqu'à 1 h du matin, gratuit.

22 » La Médiathèque

Ce qu'il faut savoir sur la Médiathèque l'Apostrophe 

Construite entre 1923 et 1927 par l’architecte chartrain Raoul Brandon, réhabilitée en 2007 par Paul Chemetov, la médiathèque «l’Apostrophe » se situe dans l’ancienne Poste de Chartres. Edifice, de style néo-gothique, avec un beffroi à horloge à encorbellements et une imposante rotonde. Son style gothique flamboyant rappelle le clocher nord de la Cathédrale de Chartres. Une série de mosaïques sur la façade évoque l’histoire d’un poème à la communication glorifiée par la Paix. Le bâtiment a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 19 août 1994. Un rameau d’olivier et le « pax » inscrits au-dessus de l’entrée du bâtiment, dominés par le masque d’Hermès (messager des dieux) invitent à méditer sur la paix.

CONCEPTION ARTISTIQUE : SPECTACULAIRES, LES ALLUMEURS D'IMAGES - Franck Marty et Benoît Quero

La scénographie en bref

Cette scénographie vous invite à faire un voyage dans le temps. Et si depuis la nuit des temps, Chartres en lumières avait été évoqué ? On découvre ainsi des énormes dinosaures broutant la cîme des arbres alors que Chartres s'écrit en lettres de feu. Chartres devient enluminé au moyen-âge où on s'imagine dans un scriptorium en pleine décoration de livres. Le siècle des lumières devient le Chartres des lumières et les visages de grands philosophes, hommes et femmes du siècles, défilent dans les arbres. Notre époque contemporaine arrive : plein feu sur la télévision à sa naissance... et le numérique achève la scénographie. 

 

MediathequeCEL2015 


Et si on rallumait la Lumière…

"Voyage dans les médias : sublimation de l’architecture par des univers graphiques à base de lettrage, de notes de musique, de circuits informatiques, de dessins, d’écriture, d’images, de chiffres... A l’heure où la médiathèque commence sa nuit et s’apprête à rejoindre la lune, un drôle de cirque se met en place au cœur de l’Apostrophe…
Au top de la régie, l’édifice et ses illustres résidants reprennent soudainement vie et nous embarquent pour un voyage dans le temps… médiatique !"